ciels
6 tableaux 60 cm X 60 cm, 3 tableaux 92 cm X 65 cm, acrylique sur toile
2019

à propos des ciels ...


Avril à Paris, ce ne sont pas seulement « les marronniers en fleurs »
Ce n’est pas qu’un « sentiment charmant »,
C’est en avril aussi, Lola, on s’en souvient, qu’un dragon perça ton flan,
Mais c’était un autre temps, un temps dégoûtant.

Avril chargé de nuages et de vents, animé d’une colère divine
Nettoie la végétation de ses fleurs fanées. Fruits.
Avril replie les parapluies
Et de l’hiver, fait voler les dernières feuilles séchées.
Avril c’est la pluie, froide et tourmentée
Tombant en lames assassines des nuées serpentines.

Après-midi d’avril, trois tableaux à la fenêtre carrée de la cuisine.
Les masses des nuages alignées et mouvantes devenaient tour à tour des plus blanches au plus noires
Pour finir en vagues laiteuses couvrant le bleu du ciel comme si l’on eut été le soir.
Pris dans ce tourbillon, je suis entré dans les nuages.
Pour causer avec disait Charles Baudelaire.
Ils m’ont dit les paysages et les embruns marins.
Avec le vent qui les fait voyager Ils ont franchi les reliefs,
Ils ont longé les vallées, inondé les grandes plaines.
Ils ont traversé les hauts plateaux arides
Emportant avec eux l’odeur de la terre, l’ichor, le sang des dieux
Cachant le soleil ardent dans les détails de leurs volutes d’un beau blanc
lumineux.