floralies
acrylique sur toile
2020
à propos de floralies ...




Hommage à Monet, hommage à Joan Mitchell dont j’ai en mémoire l’œuvre monumentale.

Chloris audacieuse et renversante, déesse Sabine de la nature abstraite, pleine de grâce au bout de ses mains en mouvement.

Ses grands tableaux de nature foisonnante, me ramènent à l’idée des fêtes romaines du printemps. Floralies introduites par Titus, roi des Sabins, dans des temps très anciens, qui ne sont plus, pour nous, qu’illustrations sur des calendriers des PTT.

Je veux, moi, mon jardin de mémoire fleuri tout autant que celui à Giverny où Monet peignait des choses impressionnantes.

On utilise, avec Mitchell, des teintes pareilles, des audaces chromatiques similaires, des juxtapositions des mélanges de tons qui parfois font éclater la lumière sur la toile, nous avons des cheminements qui se croisent, mais l’hommage reste humble, car on ne pourra faire plus abstrait que ceux qui ont inventé l’abstraction.

Je me noie aussi et je me délecte de cette allégorie des couleurs commencée cette année par une suite de particules puis de griffures et que je fini dans ces jeux floraux librement inventés.

Une grande série qu’il faudrait, un jour, voir exposer en entier.


73cm x 92cm